AILES DE LA TRANSFORMATION - Offrez-vous la Paix du Coeur et du Corps
 
L'Accompagnement
en Fin de Vie
 
par Myriam-Annick Dumartheray
       verietwo.centerblog.net                                                                                                                                                                       reverietwo.centerblog.net
 
Dès mon plus âge, j'ai été confrontée à la mort, j'avais alors 7 ans que mon arrière grand-père venait de mourir
à l'autre bour du village dans sa maison. Dans la famille,
à cette époque (1954), il était coutume de rendre visite au défunt. Ce premier défunt que je connaissais,
mon arrière grand-père, père de ma grand-mère paternel, était allongé sur le canapé
du salon familial, il avait l'air endormi, et tout de suite j'ai compris que sa vie se passait dorénavant ailleurs,
où ? Mystère,mais je ne ressentais rien qu'une paix profonde dans la famille, pas de pleurs, mais il faut dire
qu'il était d'un âge très avancé, et qu'il avait beaucoup travaillé pour l'avenir de sa famille. Homme de la terre,
agriculteur et vigneron, il avait accompli sa mission. Là se fut ma première confrontation avec cette étrange situation, la mort. Le passage de mon arrière grand-père ne m'avait pas vraiment perturbée, mais m'a fait
prendre conscience que mon arrière grand-mère était maintenant seule, et j'allais de manière régulière la trouver. Dans notre famille, en général, de la mort nous n'en parlions pas, surtout pas. Les sentiments n'existaient pas, nous n'avions pas vraiment droit à l'expression.
Tous les autres passages qui se sont déroulés dans la famille, me sont apparus plus que normaux, la vie et
la mort, je pensais déjà étant jeune qu'il y avait quelque chose après la mort, que la vie ne pouvais pas
s'arrêter comme cela, que l'être qui était en pleine vie quelques secondes auparavant ne pouvait pas se
retrouver dans le néant total, sans rien, sans aide et soutien de la part des anges. Cette façon de penser,
je l'ai gardée pour moi et cela m'a toujours poussée à creuser le sujet, même étant encore enfant, avec mes questions au pasteur de la paroisse. Pasteur qui ne savait que me répondre qu'ils
allaient au paradis. 
Le départ, le passage qui m'a le plus choqué et complètement ébranlée, jusqu'à mettre près de 10 ans avant
de m'en remettre, fut le suicide de ma meilleure amie à l'âge de 18 ans. Nous avions rendez-vous en début
d'après midi un jour de mai à un endroit de la ville, cette amie n'est jamais venue. J'ai essayé de l'atteindre
le soir, en disant à ses parents que nous devions nous voir ce jour, mais ils n'avaient aucune nouvelle. Dès le lendemain, les parents ont avisés la police pour les recherches, recherches infructueuses jusque trois jours
après... Une nuit, j'ai "rêvé" de l'endroit où elle pourrait se trouver,
et dès le lendemain, un samedi matin, j'en ai avisé la famille, ils se sont rendus sur place avec la police...
L'horreur, elle gisait dans une clairière d'un bois en dehors de la ville.
Le choc à été terrible pour la famille, tant d'incompréhension, tant de questions sans réponses. Pour moi cela
à été très difficile, mais le travail de deuil commençait, pour se terminer env. 10 ans après... que de temps parcouru à avoir cette vision dans la tête et des questionnements sans les réponses qui m'auraient permis d'avancer plus vite sur
mon chemin de vie. Ce n'est que plusieurs années après que j'ai eu une réponse, par le biais d'un contact
avec mon amie, elle m'expliquait qu'elle était déçue par la vie, c'est pourquoi elle a mis fin à ses jours, que maintenant elle allait bien et qu'elle se préparait
à revenir sur terre pour continuer son chemin. Cette histoire de vie, ce vécu m'a profondément touchée,
mais m'a offert une possibilité d'évolution importante, dès lors mon travail, ma vie professionnelle et mes
intérêts ont pris un chemin différent.
Plusieurs années après, au printemps 1992, nous étions plusieurs amis avec une démarche spirituelle, un
chemin de recherche propre à chacun, mais un point communs nous unissait, celui d'avoir envie de créer
une association ensemble
Au départ, nous étions 11 personnes, puis 16 personnes dans le groupe, et l'Association "Entrelacs", pour l'accompagnement en fin de vie était née. L'objectif premier était de se former avant de chercher à
"accompagner les êtres en fin de vie". Nous avons donc mis sur pied une formation conséquante, et un groupe
 de soutien. Nous devions aussi nous faire connaître, nous avions fait un peu de publicité malgré nos moyens limités, puis organisé des conférences touchant le sujet de l'accompagnement, la mort, la vie, de la vieillesse,
les rituels en ville de Genève. Ua niveau financier, la Loterie Romande nous a aider pour le départ de
l'Association et de ses activités. A ce jour, cette association existe toujours, forme et soutien les accompagnants
en fin de vie, elle organise toujours des conférences.  Depuis plusieurs années, l'Association est gérée par une Psychologue - Psychothérapeute FSP, Madame Lydia Muller.
 
Je vous la laisse découvrir à l'adresse suivante :
 
Association ENTRELACS
80, rue de la Servette
1202 Genève
022 740 04 77
CCP   12-18166-0
 
Sérénité
de Oursvince
Zum Einsehen benötigen Sie Flash Player.